Bully On Rocks #8 est mort, place au #9 !

Il convient pourtant de revenir sur cette merveilleuse édition du mois de mai, qui était sold out. Cela pourrait être maintenant le cas pour les prochaines, à l’instar, toutes proportions gardées, des grands événements tel le Wacken Open Air, qui affiche complet avant même que ne soit connu l’affiche.

Pourquoi me direz-vous ? Tout simplement parce que l’événement a d’une part trouvé son public, majoritairement cinquantenaire et soixantenaire, accroc depuis l’enfance aux rythmes du Classic Hard Rock, et d’autre part à la capacité de l’organisation à surprendre à chaque édition en invitant des groupes de qualité quasiment inconnus en provenance des 4 coins de l’Europe.
Si l’on ajoute au tableau le côté convivial qui confère à l’événement le caractère de réunions familiales, tous les ingrédients sont réunis pour faire du BOR le festival incontournable du Rock en Hauts de France.
Pour cette huitième édition, l’association HMMA avait tapé très fort avec un groupe qui avait fait les belles heures de la New wave of British heavy metal au tout début des années 80. Tygers Of Pan Tang a connu un parcours chaotique entre splits et reformations. De la formation originelle, il ne reste que Robb Weir, le guitariste charismatique, mais il faut bien avouer que le bonhomme a su s’entourer des meilleurs dans la spécialité. Les tigres sacrés de l’île de Pan Tang nous ont mis les deux genoux à terre avec leur Heavy Rock mélodique aux riffs assassins. Outre l’efficacité de la section rythmique et la virtuosité des deux guitaristes, c’est le chant parfait de Jacobo Meille, aussi à l’aise dans les aigus que dans les graves, qui nous a transporté durant l’heure et demi de show.


 

Avant ce bouquet final, véritable cerise sur le gâteau, et bien loin des premières parties chiantes à mourir qui nous font quelquefois lutter contre notre impatience de découvrir la tête d’affiche, l’organisation nous avait concocté un programme aux petits oignons avec d’une part les régionaux de l’étape, les surprenants Dirty Dogz, venus de Normandie, dont les compositions sentent bon le bush australien et la merde de Kangourous. A noter que certains des musicos du groupe sévissent également au sein du groupe Bloody Rosie, tribute AC/DC, c’est dire si l’Australie est dans leur ADN. C’est basique, poisseux, ça prend aux tripes et les gaillards dégagent une énergie positive. A revoir sans aucun doute sur un show plus long.


 

Après Dirty Dogz, nous eûmes droit a une des premières véritables surprises de la soirée, sortie de nul part, The Burning Crows. Le groupe britannique a vu le jour en 2010 et a déjà ouvert entre autres pour les Quireboys. Cette bande de joyeux drilles distille un Heavy Rock aux couleurs des 70’s et 80’s avec ce petit soupçon de modernité qui rend l’écoute plutôt agréable. Beaucoup en ont fait le top 1 de la soirée et on ne remerciera jamais assez l’organisation pour la découverte de cette petite perle.


 

Avant Tygers Of Pan Tang, place a un autre blast, les allemands de Hardbone. On pensait avoir tout vu et tout entendu dans le style kangourou mais c’est une évidence de dire que ceux là ont tout compris. Ils feront d’ailleurs les prochaines dates allemandes de Rose Tattoo en première partie, c’est dire si le potentiel est là. Bien sûr ils n’ont pas inventé le Pavlova (classique de la gastronomie australienne) mais le Hard Boogie Rock qu’ils propulsent attaque directement là où ça fait mal et on ne ressort pas indemne de leurs concerts. A l’applaudimètre, ils se sont payés samedi soir un putain de franc succès et on espère les revoir bientôt sur un show de durée supérieure aux traditionnelles 45 minutes.


 

Voilà, le BOR « 8 est mort, place maintenant au suivant, le samedi 19 octobre prochain. Les groupes sont déjà connus, les anglais de Demon, autre fer de lance de la NVOBHM des années 80 et RHR (Redfern, Hutchinson, Ross) avec son Classic Southern Rock de haute volée, les Canadiens de Coney Hatch et enfin les régionaux de l’étape Tyson Boogie, le combo Rock de ch’Nord déluré. N’attendez pas pour vous procurer les précieux sésames, malheureusement l’espace François Mitterrand de Bully n’est pas modulable en fonction des demandes 🙂

Pour vous procurer vos tickets, c’est ici

Voir toutes nos vidéos sur notre chaîne Youtube
Voir l’intégralité des photos sur notre page Facebook
Les photos et les vidéos ne peuvent être partagées sur le web en général et sur les réseaux sociaux en particulier qu’à la condition express de ne pas cacher le copyright. En cas de recadrage qui ferait disparaître le copyright, merci de notifier metal-addiction.com

Read Previous

Tygers Of Pan Tang « Only the brave » – Bully On Rocks 2019

Read Next

Sama’Rock Festival