Handi Rock Bike, le premier festival du nouveau monde

Le monde de la musique, et particulièrement du rock, continue de déprimer, tandis que l’interdiction des concerts debout paralyse toujours grandement son activité dans le contexte sanitaire actuel.

D’une forme d’agacement en début de confinement, nous sommes arrivés au ras le bol. Les festivals régionaux de printemps comme le ChtiRock, le Bully On Rocks, les gros événements de l’été comme le Graspop, le Hellfest, le Samarock, Alcatraz et j’en passe sont également passés à la trappe. On espérait et on a longtemps croisé les doigts pour que le Raismes Fest puisse se maintenir, mais faute de combattants côté artistes, l’organisation a du renoncer la mort dans l’âme.

Le Handi Rock Bike, qui était initialement prévu avec Ana Popovic en tête d’affiche, a du revoir sa copie une première fois, la guitariste – chanteuse de Blues Serbe, qui vit aux States, ayant du repousser sa venue en Europe en avril prochain. Pour rester dans le créneau « female », Patrice Genet et son staff avait programmé l’italienne Eliana Cargnelutti, qui joue dans le même registre. A 72h de la date du concert, la belle annonce qu’elle ne pourra se rendre en France à cause des nouvelles mesures de quarantaine appliquées en Italie pour les ressortissants qui rentrent. Avec l’aide de HMMA, qui gère le Bully On Rocks, c’est finalement Rob Tognoni, le guitariste Blues-Rock australien, qui débarque à Grenay. Etant déjà programmé au prochain Bully On Rocks, il s’engage à proposer un set différent de celui qui sera le sien fin octobre.

Après des litres de sueurs froides, place à la scène, place au Rock. Pour beaucoup d’entre nous, il s’agissait du premier concert depuis la déclaration de guerre du Covid en mars dernier. Dans la belle petite salle Ronny Coutteure de Grenay, qui se prête admirablement bien à ce genre d’événement, trois groupes nous ont fait oublier les turpitudes de cette année 2020 que l’on espère effacer au plus vite de nos mémoires.

C’est Vincent and QUO, LE tribute Status Quo, qui avait pour but de chauffer la salle. Pari réussi pour la bande à Vincent Miquet qui a fait sien le répertoire des Rossi et Parfitt durant plus d’une heure. Les fans étaient aux anges.

En octobre 2019, nous avions eu la chance de découvrir au Bully On Rocks, un super groupe composé de trois branleurs de manches émérites : Redfern, Hutchinson & Ross. Samedi, c’est Hutchinson qui s’est présenté avec son projet solo, accompagné d’un bassiste et d’un batteur « top niveau ». Une heure de Blues Rock façon seventies, le gaillard étant habité par des monstres tels Peter Green, Zakk Wylde, Slash ou encore Jimmy Page.

Pour clôturer la soirée, c’est donc Rob Tognoni qui a investi la scène. 35 ans de live en ouvrant le chemin pour les grands : Roy Buchanan, le mentor de Stevie Ray Vaughan, Lonnie Mack, Joe Walsh des Eagles. Il a partagé les scènes avec Peter Green, Sting, ZZ Top, Bo Diddley. Rob « The Tasmanian Devil » Tognoni était accompagné de deux supers musicos à la basse et aux drums pour un show classic Blues Rock sans faille. Le bonhomme est totalement habité, au point d’être capable de jouer pendant une heure avec un doigt qu’il s’est éclaté sur ses cordes dès les premiers titres. La guitare est du coup devenue collector … Un show plein de fougue, d’énergie et très inventif. Ceux qui seront du Bully On Rocks attendent maintenant avec une grande impatience la date du 24 octobre.

Pari réussi pour la bande à Genet. Une ambiance ultra conviviale, le respect totale des gestes barrières et le port du masque respecté par tous, le Handi Rock Bike est maintenant une affaire bien huilée qui ne demande qu’à gravir encore les échelons et le 24 avril prochain, avec Ana Popovic, Pat Mc Manus, X Rated Fdh et une autre surprise à venir, la fête sera encore plus belle.

Photo : O’LivePhotographie

 

 

Read Previous

Raismes Fest 2020, les voyants passent au vert