Rock’Aisne festival #8 – Report

D’éditions en éditions, le Rock’Aisne Festival s’installe petit à petit dans la cour très fermée des grands festivals Rock régionaux.

 

La huitième édition qui avait lieu le week-end dernier à Chauny a prouvé, s’il en était encore besoin, que cet événement au nord de Paris était définitivement à cocher sur les tablettes des fans de Rock. Nina Hagen, Glenn Hughes, The YardsBirds, Coroner ou encore Popa Chuby avait déjà participé à cet événement.

La huitième édition a été tirée par quatre locomotives que sont Slade, No One is Innocent, Triggerfinger et Aaron Buchanan and the Cult Classics, accompagnés par Sweet Scarlett et Ko Ko Mo qui ouvraient le bal.

La salle du complexe de Chauny, pouvant contenir quelques 600 personnes, était quasiment pleine pour l’événement.

C’est donc Sweet Scarlett qui ouvrit le bal devant un parterre déjà constitué. Le groupe familial, puisqu’il est composé de frangins et de la compagne de l’un deux, évolue dans un univers Blues-Rock bien léché. Caroline Erdman, la chanteuse, porte le groupe à bout de bras. Ce fut une bien belle découverte.
Place à Ko Ko Mo, le duo nantais au potentiel énorme. Un son seventy’s avec sa pointe de modernité emmené par deux invraisemblables virtuoses. 30 minutes de bonheur absolu, certainement le coup de cœur de la salle à l’applaudimètre… Ce duo tourne depuis 2014, compte déjà 2 albums au compteur, est déjà connu sur la scène internationale. Nous avons hâte de les revoir dans un show un peu plus long.

C’est ensuite Slade (tête d’affiche sur le papier) qui entra en scène. Du légendaire groupe britannique des années 70, il ne reste que le guitariste Dave Hill, mais le groupe a une telle aura que l’on en oublie qu’il est composé maintenant de pièces rapportées. Slade nous a proposé une setlist « best of ». Rock ‘n Rock and roll can never die .


 

Avec le trio belge Triggerfinger, finalement assez rare dans les Hauts de France, nous sommes entrés dans la cour des grands. En live, le groupe d’Anvers évolue avec un guitariste supplémentaire. Au travers des compos rock-stoner mâtinées de pop et de hard blues, on sent l’expérience du groupe qui fête cette année ses 20 ans de carrière. Chauny a aimé !


 

Concernant les britanniques de Aaron Buchanan, c’est encore une histoire de famille, avec la sœur Laurie Buchanan à la guitare et le frère au chant, accompagnés de trois musiciens. Le groupe propose un heavy rock grungy, accompagné parfois d’éléments plus progressifs, le tout emmené par une voix puissante et éraillée à souhait. (Pour ceux qui auraient raté cette prestation, séance de rattrapage au Raismes Fest en septembre prochain).


 

Pour terminer, No One Is Innocent, qu’il est devenu inutile de présenter. Plus de vingt ans carrière, le groupe français enchaine les dates, et tel le bon vin, il continue de bonifier. Paroles engagées, show musclé, un groupe taillé pour le Live.


 

Rock’Aisne festival #8 est mort, vive le Rock’Aisne festival #9 en 2020 !

Voir toutes nos vidéos sur notre chaîne Youtube
Voir l’intégralité des photos sur notre page Facebook
Les photos et les vidéos ne peuvent être partagées sur le web en général et sur les réseaux sociaux en particulier qu’à la condition express de ne pas cacher le copyright. En cas de recadrage qui ferait disparaître le copyright, merci de notifier metal-addiction.com

Read Previous

Kraken Metal Rock Fest 2019 : Report

Read Next

Triggerfinger – Rock’Aisne Festival Chauny 2019